Menu Fermer

12 heures à mobylette

L’atelier MécaMx64 mène de front passion de la mécanique et pédagogie auprès d’un jeune public très à l’écoute. PHOTO D. G.

Le 28 septembre dernier, le Team adulte de l’atelier MécaMx64 a remporté les 12 heures d’endurance de Carcassonne, une course ouverte aux moins de 50cc, autrement dit des mobylettes. Ce lundi, les trois pilotes, Sébastien, Maxime et Arnaud, ont souhaité se réunir dans l’atelier de la rue Tovar avec toute l’équipe MécaMx pour fêter cette victoire bien méritée.

Tout a commencé par une participation aux 24 heures d’endurance toujours à Carcassonne, en juin. Deux équipes de cinq jeunes et cinq adultes étaient sur le départ, soutenues par la FFMC Loisirs, Méca Détente qui leur a prêté des combinaisons et l’Association de Prévention Spécialisée du Pays des Gaves qui assurait la logistique. « Les jeunes ont eu beaucoup d’ennuis avec deux casses de moteurs. Ça a été très très dur, mais ils ont fini la course grâce au troisième moteur, tandis que les adultes faisaient plusieurs chutes mais participaient à deux courses », raconte Bruno Roubinet, animateur de l’atelier.

567 tours

Rentrés à Mourenx, Sébastien, Arnaud et Maxime n’avaient qu’une envie : participer aux 12 heures d’endurance les 27 et 28 septembre. Ils se sont préparés, eux et leur machine durant l’été. « On s’est organisés tous les trois. Grâce à Alain Bordenave, le carrossier, que nous remercions, on a eu une super peinture pour notre MBK Magnum Racing numéro 64, une 49,9cc d’origine juste un peu modifiée (changement de carburateur et de pot d’échappement) pour courir en catégorie A3 », raconte Sébastien.

La course a duré de minuit à midi avec changement de pilote toutes les 45 minutes. « Au changement, on faisait le plein, on vérifiait vite fait si tout allait bien. Karine, la quatrième de l’équipe assurant l’intendance. » Avec un circuit de 980 mètres environ, les pilotes ont enchaîné 567 tours durant ces 12 heures. « À la fin on avait sept tours d’avance sur les seconds, c’était génial ! », s’exclame Maxime plus habitué au moto-cross et dont c’était la première course en mobylette. Aujourd’hui, tous sont partants pour réitérer la chose l’an prochain et lancent un appel aux sponsors qui voudraient bien les aider à concrétiser cette belle aventure encore une fois.

Sud Ouest – Article publié le 15/10/2014  par Dominique Guirauton.